Basculer le menu
Basculer le menu personnel
Non connecté(e)
Your IP address will be publicly visible if you make any edits.

Protocole général médical

De Site 97 | Wiki

Protocole Général Médical

1 : Un Directeur médical, en recevant l'autorisation de sa hiérarchie et en informant le département du malade, peut confiner un personnel en cas de suspicion de maladie inconnue. Cette quarantaine ne peut durer que le temps des vérifications/tests de la maladie.

2 : Un Directeur médical, après examination du personnel en question, peut l'obliger à prendre un rendez-vous chez le psychologue (valable pour toute personne en-dessous du directeur de département et interdépartemental)

3 : Tout personnel du site a le droit de demander un psychologue dans n'importe quelle situation.

4 : Un psychologue a le droit de mettre quelqu'un en isolement, ou de donner l’ordre à la sécurité de mettre quelqu’un en isolement.

5 : Les médecins de combat ne sont pas tenus d'aller au Bunker en cas de crise. Ils agiront en tant que personnel de soutien en cas de présence de blessés dans les opérations de re-confinement et en cas d'attaque de groupe d'intérêt.

6 : La clinique est sous la direction du département médical. Par conséquent, toute personne en dessous de directeur de département sera considérée comme inférieure aux Médecins De Combat pour en assurer la sécurité.

7 : Le personnel médical inférieur à médecin de combat (Superviseur Médical, médecin, infirmier) se réserve le droit de soigner en dehors de la clinique seulement si aucun MDC, EM ou DM n'est présent sur le complexe.

8 : Les Psychologue peuvent intervenir pendant les prises d'otages pour négocier, les Psychologue sont supérieur à toute la sécurité (sauf Directeur de la sécurité et plus) pendant la prise d'otage.

9 : Seul un Expert médical, un directeur médical ou un directeur du site peuvent autoriser la présence d'une classe-D en clinique.

10 : Lorsque les Médecins De Combat sont présents, le personnel entrant en clinique est prié de se faire fouiller et de déléguer ses armes, elles le lui seront rendues à la sortie de la clinique. Les directeurs de département et + ne sont pas soumis à la fouille et à la saisie de l'arme.

Les cookies nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation de cookies.